top of page

Et leur empire de peur Qui frémit - Mustapha Benfodil




El Kadi Ihsane

Une longue Une très longue Une très très longue peine

Une profonde très profonde Insondable Incommensurable Invraisemblable peine

Et la foi dans Ihsane Invincible Comme l’aurore obstinée qui t’habite

Ihsane Droit dans mes pensées Toujours Il ne me reste que ça Ce violent dérisoire Comme agir Ta dégaine, ta moustache, tes lunettes Et moi, cette complainte

C’est tellement dérisoire Je sais Cette complainte Cette peine Cette outrance invraisemblable Cette journée Ce dimanche étrange de juin Nuages noirs et pluie incongrue Comme un coup d’État de l’hiver

Ou est-ce cela l’insurrection des natures mortes Quand le mal exagère ?

Mais cette foi invincible dans tout ce que Ihsane, Ce que El Kadi fait résonner Fait trembler Ce que tu Ce que tu leur Sidération retournée Car c’est de cela qu’est faite, au fond, cette ampleur Ce que tu Et les fait douter de leur Ce qui te fait tenir Et ces colonnes de fer Vaciller Et leur empire de peur Qui frémit Et toi, jambes et verbe limpides Comme ta foi dans l’utilité publique des lucioles Ce pour quoi cette geôle Et cet îlot inaliénable Qu’ils ne pourront pas menotter Cette foi inaltérable Dans le destin d’El Djazaïr

Le juge et le prévôt ne parlent pas cette langue Dommage

Mustapha Benfodil



Kommentare


bottom of page