top of page

Le journaliste qui a enrichi le débat économique en Algérie - RadioM



Avec des analyses, entretiens et des émissions économiques visionnées par des millions d’internautes, le journaliste Ihsane El Kadi aura contribué largement, durant plus de 15 ans, à l’animation et la redynamisation du débat économique en Algérie.

Avant d’évoquer Maghreb Emergent, premier site d’information algérien spécialisé en économie, dont Ihsane EL Kadi est cofondateur et dans lequel il accordera une place de choix aux questions économiques, il convient de rappeler que l’équipe de journalistes d’Interface Médias, entreprise éditrice du site, collaborait à l’hebdomadaire économique suisse, « Les Afriques », lancé en 2007, par Dominique Flaux, sur le modèle du Financial Times.

« L’équipe algéroise fournissait du contenu, sur l’Algérie, mais également sur les autres pays du continent. Cette collaboration a pris fin brutalement après qu’un investisseur marocain, proche du palais, Abderrazzak Sitail, ait pris le contrôle de l’hebdomadaire », raconte un proche de Ihsane El Kadi.

Dirigée par Ihsane El Kadi, l’équipe d’Alger, ayant constaté que le nouveau propriétaire voulait faire de l’hebdomadaire un instrument de propagande, décida de cesser sa collaboration. C’était en 2010.

Instruit par cette expérience et fidèle à son tempérament, Ihsane El Kadi estima que l’élan, née de la contribution aux « Afriques », en donnant naissance, de fait, à un embryon de rédaction économique devait se poursuivre. C’est ainsi que naquit l’idée de lancer un journal spécialisé. L’idée d’un journal papier a été d’emblée abandonnée en raison de ses coûts. En revanche, lancer un site d’information économique est une idée qui méritait, à ses yeux, d’être mise en action. Ses arguments? Outre le fait que l’équipe d’Interface Médias pouvait continuer à travailler, mais il y avait une véritable demande. Le volet économique était, en effet, le parent pauvre de l’information économique en Algérie. Non seulement en termes d’informations « brut » – la vie des entreprises publiques, tout comme privées, n’avait pas ou très peu de place dans les médias – mais également et surtout en termes de décryptage des politiques publiques d’affectation des ressources. C’est ainsi qu’a débuté l’aventure de Maghreb Emergent en 2010, soit la même année de la fin de l’aventure avec Les Afriques.

Les analyses de Ihsane El Kadi – dont celles qu’ils publiaient dans le quotidien El Watan – étaient pertinentes et permettaient d’éclairer les lecteurs sur les raisons et les « backgrounds » des décisions économiques. « Mais il y avait aussi, chez Ihsane El Kadi, cette quête de la bonne info économique », confie un des cofondateurs du site.

« Avec Maghreb Emergent, il contribue à sortir de l’ombre, voire de l’opacité les décisions économiques aussi bien des entrepreneurs que celles des pouvoirs publics. Maghreb Emergent a été lancé dans cet esprit, plus que jamais d’actualité, d’apporter une information crédible et éclairante sur des thèmes qui ont un impact majeur sur la vie des individus et du pays », atteste la même source.

Diplômé d’un magistère en théorie économique, Ihsane EL Kadi a lancé plusieurs émissions économiques sur Radio M depuis sa création en 2013. Il a ainsi animé des entretiens et des débats qui ont été visionnés par des millions de personnes. Des émissions au cours desquelles il a reçu de grands noms du monde économique, autant nationaux qu’internationaux, à l’instar du prix Nobel de l’économie, Jean Tirole, en 2017.

Habitué des débats économiques sur Radio M, le consultant en politiques industrielles, Reda Amrani, trouve que « les débats sur Radio M ont l’avantage de la fraîcheur et de la sincérité ». « On vient à Radio M pour éviter les débats télécommandés et la langue de bois. Avec El Kadi Ihsane dans les débats économiques, je me sentais libre de m’exprimer et j’évitais l’autocensure même si ce n’était pas du direct. Je n’ai jamais été censuré », assure-t-il.

« Ihsane El Kadi est un journaliste très engagé et attaché à ses idéaux de justice, de partage, et de solidarité. Il m’est arrivé, sur plusieurs sujets économiques, de ne pas être d’accord avec ses opinions ou ses idées, mais cela n’altérait en rien la bonhomie et le bon déroulement de nos débats », ajoute-t-il.

Pour Reda Amrani, « la place de El Kadi Ihsane est dans son journal entouré de ses collaborateurs et collaboratrices ». « Emprisonner un journaliste et détruire son journal n’est pas le serment que nous avons fait à nos chouhadas et à nos valeureux moudjahidines », soutient-il encore.

Un avis partagé par le consultant et militant associatif, Abdelkrim Boudra qui participait lui aussi aux émissions de Radio M. «Les débats de cette Radio, que ce soit sur le plan de l’économie ou sur l’ensemble des sujets de la société ou politique, étaient une tribune professionnelle, d’abord, qui permettait aux avis des uns et des autres de s’exprimer librement avec un apport en expertise. C’était aussi l’un des rares médias qui traitait les sujets internationaux et géopolitiques avec sérieux et qui permettait d’avoir une grille de lecture d’un point de vue algérien et non pas uniquement à travers les médias occidentaux qui parlent pour leurs pays ».

Selon lui, « les débats économiques étaient d’un niveau de qualité marqué par la diversité des points de vues ». Des débats économiques rigoureux et documentés. « Il y avait de l’information, il y avait de l’analyse, mais il y avait surtout de la diversité, que ça soit pour le choix des thèmes traités où par rapport aux opinions. Tout cela s’exprimait au niveau de Radio M. Et vivement que ça continue! », espère Abdelkrim Boudra.


Comments


bottom of page