top of page

Tu as déjà gagné Ihsane - Hakim Addad



                 

Voilà, je fini ENFIN par me décider à te dire par écrit quelques mots, quelques phrases qui je l’espère te parviendront, d’une manière ou d’une autre. Les prisons, en tout cas celle d’El Harrach, étant de vraies caverne d’Ali baba, je suis certain que tu en auras écho.


Bien sûr, je ne m’attarde pas sur le « comment tu vas », en prison « on va », point !. Tu connais cette «maison» depuis les années 80/81, ما يخلعوكش .


Te connaissant, je sais que tu tiendras jusqu’à après la limite tellement tes convictions sont ancrées. Fais gaffe quand même à ta santé, le plus possible car un jour prochain viendra où les portes vont s’ouvrir, se ré-ouvrir et il faudra…continuer.


J’ai lu quelque part et ça ne m’étonne en rien, que tu organises des matchs de foot entre « locataires » de cette dite maison, tu dois bien t’amuser, diriger une rédaction et organiser des matchs entre détenus, c’est presque du kif kif , je t’y vois .


Ayant eu le triste privilège d’être passé par El Harrach, j’entrevois dans quelle « loge» tu dois être. Les anciens avec qui tu es, en salle ou en cellule, savent eux !. Ce dont je suis certain, c’est que tu dois être respecté et apprécié par tes co-détenus.


Dehors, inutile de te dire qu’en Algérie ou ailleurs dans le monde, ton nom et prénom ont fait et continuent à faire le tour de la planète, cela beaucoup grâce à ta fille et ton fils, ta si digne famille et bien sûr d’autres proches ou pas que tu sauras reconnaître sans que j’aie à les nommer.


Par cet injuste châtiment qu’ils te font subir, c’est à eux même qu’ils nuisent. Tu as déjà gagné Ihsane. Le temps et les mobilisations feront le reste. Le plus important pour toi, pour ta famille, pour nous toutes et tous est que tu tiennes bon la barre. Tu t’y connais, je le sais et tu sais que je le sais depuis le temps que nos routes se croisent et bien plus encore.


J’aurais tant aimé que Pierre (Audin) t’écrive en cette fin d’année, je suis sûr que maintenant qu’il est parti, à défaut de le lire, tu dois même l’entendre te parler. Te chuchoter à l’oreille, « ça va aller, tiens bon ».


Une chose qui m’amuse à chaque fois que j’y pense, autant te dire souvent, c’est que tu dois en bouffer du foot là où tu es. N’est-ce pas là une des occupations des plus appréciées pour presque tous les résidents que de suivre le plus de matchs de foot possible, C1 en particulier. Même ceux qui n’aiment pas le foot finissent par apprécier alors toi qui adores, tu dois te régaler. Bsahtek kho.


Cher Ihsane, cher beaucoup de choses, je me remémore régulièrement nos multiples rencontres, depuis au moins …25/30 ans, de la maison dite de la presse, ensuite à Kouba (battoir) en passant par le pont du Telemly, bien avant l’atterrissage place Audin. Tu as TOUJOURS répondu du mieux et au plus que tu pouvais à beaucoup de nos sollicitations, les jeunes, les femmes, les mouvements sociaux et j’en passe, la presse et et et …


Tu es loin d’être « seulement » un journaliste, je m’efforce de le crier au monde à chaque occasion. C’est cela qu’« ils » te reprochent mais « ils » n’y pourront rien changer.

Tu es un warrior Ihsane et un warrior qui gagne même si le prix est très chèrement payé. Cette fois-ci encore tu gagneras et tu feras gagner la tribu dont nous faisons toutes et tous partie, du moins énormément d’entre nous.


Bon Ihsane, y a un match qui va commencer. J’arrête là cet écrit, si modeste, mais qui, je le souhaite tant t’arrivera, en chair et en papier.

Bon courage laaziz Al ghali.

Passe le salut fraternel à nos amis dont Nabil M et régale toi de «Beyoncé» (lentilles) et «Shakira» (loubia), les deux meilleurs plats (à mon sens) là où tu te trouves à part bien sûr ceux qui arrivent par la kouffa (panier).


Bon courage.

A tout à l’heure Ihsane

A Toujours Ihsane

Hakim Addad

コメント


bottom of page