top of page

Un concert à Paris pour le journaliste Ihsane El Kadi, détenu d’opinion en Algérie - La Croix



Les proches et soutiens du journaliste algérien Ihsane El Kadi, emprisonné depuis décembre dernier à Alger, organisent un concert de solidarité mercredi 10 mai, au Cirque électrique de Paris avec, entre autres, l’artiste Hocine Boukella.

Le Cirque électrique de Paris va accueillir, le temps d’un soir, mercredi 10 mai, un concert de solidarité dédié aux détenus d’opinion en Algérie, et tout particulièrement au journaliste algérien Ihsane El Kadi, emprisonné à Alger depuis le 24 décembre 2022.

À partir de 19 heures, cette manifestation verra monter sur scène le chanteur Hocine Boukella, ovni musical, et la troupe féminine de chants kabyles Tighri Ouzar. D’autres artistes pourraient les rejoindre. Des prises de parole sont également prévues, notamment de la part de Reporters sans frontières (RSF), de l’ancien détenu d’opinion Hakim Addad, et de l’un des avocats d’Ihsane El Kadi, Me Pierre Brunisso.

Samedi 29 avril, une fresque du jeune artiste algérien Farès Yessad avait été inaugurée lors d’un court rassemblement pour attirer l’attention sur le sort du journaliste. L’œuvre a été peinte rue d’Aubervilliers, dans le 18e arrondissement de Paris.



Une situation généralisée


Yassine Temlali fait partie des proches et soutiens du détenu qui sont à l’origine de l’événement. Au nom des organisateurs, il insiste sur le fait que l’événement s’inscrit dans un cadre plus général que l’incarcération d’Ihsane El Kadi : « Cette affaire ne peut pas être détachée d’autres situations trop souvent similaires. » Pour lui, comme pour le reste des participants, une chose est sûre : « Le dossier d’Ihsane est vide. Il a été monté de toutes pièces pour qu’il cesse ses activités et pour le réduire au silence. »

Le 2 avril dernier, Ihsane El Kadi avait été accusé de « financement étranger de son entreprise ». Au sortir du procès, le patron de Radio M et du média en ligne Maghreb Emergent a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme. La société Interface Médias, émettrice des titres dirigés par Ihsane El Kadi, mise sous scellés depuis le jour de son arrestation le 24 décembre 2022, a également reçu un ordre de dissolution lors du verdict. Les sites qui sont devenus invisibles en Algérie restent accessibles depuis l’étranger ou via un équipement VPN et tentent difficilement de survivre.


Procès en appel le 21 mai

Le 3 mai, Journée de la liberté de la presse, Khaled Drareni, correspondant de Reporters sans frontières pour l’Afrique du Nord, avait remis une lettre au président Abdelmadjid Tebboune pour demander sa libération ainsi que l’arrêt des atteintes contre la presse. Une requête vaine pour l’instant.

Dans un entretien diffusé samedi 6 mai sur plusieurs chaînes de télévision algériennes, le président a justifié sa condamnation. « Il n’est pas condamné parce qu’il est journaliste, mais parce qu’il a reçu de l’argent de l’étranger. Ni les États-Unis, ni les pays européens, ni aucun pays n’accepterait que ses journalistes soient financés de l’étranger pour s’attaquer à lui (l’État) », a-t-il affirmé, selon Radio M qui rapporte ses propos.

Le procès en appel du journaliste indépendant aura lieu le 21 mai prochain. Entre-temps, le Parlement européen doit débattre de la situation de la presse en Algérie, et voter une résolution le 11 mai concernant le cas d’Ihsane El Kadi.


Concert en soutien à Ihsane El Kadi et aux détenus d’opinion en Algérie, organisé par le comité de soutien du journaliste indépendant, le mercredi 10 mai, à 19 heures, au Cirque électrique, place du Maquis-du-Vercors, à Paris. L’entrée est libre.


コメント


bottom of page